La pandémie a bousculé l'organisation des entreprises et a appelé à une mobilisation générale de tous les acteurs, de la direction aux gestionnaires RH, sans oublier les relations de travail. 

La gestion des relations de travail consiste, avant tout, à définir des stratégies, des normes et des bonnes pratiques au sein de l’entreprise.

Souvent, ces questions représentent surtout de l'administratif, beaucoup d'aller-retours, de rencontres... Au final, beaucoup d'énergie est dépensée et trop peu de résultats sont perceptibles.

Pourtant, des relations de travail saines peuvent amener un dialogue plus serein et productif au sein de l'organisation, à condition que l'entreprise inclue ces questions dans sa stratégie RH globale.

QUELS SONT LES FREINS À LA DIGITALISATION DES RELATIONS DE TRAVAIL?

D'une manière générale, cinq freins expliquent, en partie, le retard pris par certaines entreprises dans leur mutation numérique :

  1. Le poids de l’organisation
  2. Le manque de visibilité sur les retours sur investissement
  3. La difficulté de centraliser et sécuriser les données
  4. Une offre de produits peu développée

1. LE POIDS DE L'ORGANISATION

La question de la transformation digitale n'est pas seulement une question numérique ou une question d'outils technologiques, mais d'abord une question liée à l'entreprise, à ses valeurs, à ses processus, à sa vision ou encore à son ambition.

C’est pourquoi le poids de l'organisation, le déficit de compétences numériques, le manque d'investissement financier ou encore la confrontation des différentes priorités stratégiques font tous partie des freins à la digitalisation des relations de travail.

De plus, qu’il soit question du suivi des griefs, des négociations de conventions collectives, les parties prenantes sont nombreuses et les objectifs et attentes différents.

L'élaboration d'une stratégie de digitalisation nécessite donc en amont une parfaite connaissance de votre organisation, mais également de vos processus. Cela implique également une réorganisation interne et donc un effort de la part des différents intervenants.

2. LE MANQUE DE VISIBILITÉ SUR LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT

Le second frein identifié est le manque de visibilité sur le retour sur investissement de la digitalisation des relations de travail.

Lorsque l’on évoque les relations de travail, on ne parle pas de productivité ou de rentabilité. Il est parfois plus difficile de comprendre la plus-value de l’optimisation de ses services, ce qui explique souvent le manque d'implication des dirigeants et leur réticence face à l'adoption du numérique et des changements qui peuvent en découler.

Par contre, au sein des organisations, les dirigeants sont très conscients que la gestion artisanale et manuelle des relations de travail entraine des pertes financières qui sont générées par : 

  • le manque d'efficacité
  • le retard dans le traitement des griefs
  • les négociations qui s'étirent dans le temps

Disposer d'un système centralisé, permet de travailler en s'appuyant sur données fiables qui fournissent de l'intelligence d'affaires et permettent d'être davantage en contrôle lors des négociations.

3. LA DIFFICULTÉ DE CENTRALISER ET SÉCURISER LES DONNÉES

Un autre frein majeur concerne la difficulté de centraliser et d’assurer la qualité des données. Sans données fiables et à jour, une analyse pertinente est impossible.

Un outil central permet de saisir et sécuriser les données sensibles de vos équipes et de centraliser tous vos enjeux à un seul et même endroit.

De plus, ces données deviennent plus accessibles : les acteurs concernés par ces enjeux y ont accès en temps réel et peuvent collaborer plus facilement sur ces questions.

Dans les relations de travail comme dans tout autre domaine, la qualité des données est aussi une condition sine qua non à tout projet de transformation digitale.

Les données deviennent ainsi un levier pour l’équité entre les divers interlocuteurs engagés dans ces processus.

4. UN CHOIX LIMITÉ D'OUTILS DE DIGITALISATION DES RELATIONS DE TRAVAIL

Aujourd'hui encore, les entreprises disposent d'un choix très limité de solutions leur permettant de répondre justement à ces différentes problématiques. 

Pourtant, avoir une culture qui encourage l'expérimentation et la réactivité peut être déterminant pour l'évolution et l'efficacité de vos relations de travail. 

Les entreprises qui investissent dans la digitalisation sont susceptibles d'accélérer la remontée d'informations critiques, de maintenir un dialogue sain. Elles peuvent également réallouer ses ressources pour financer de nouvelles initiatives et de nouveaux projets.

 

QUELS SONT LES AVANTAGES DE DIGITALISER LA GESTION DES RELATIONS DE TRAVAIL ?

Le premier objectif et gain tangible de la digitalisation des relations de travail est de simplifier et renforcer le dialogue par une communication plus efficace.

Qu'avez-vous à gagner?

1. EFFICACITÉ ET AUTOMATISATION DE TÂCHES RÉPÉTITIVES

La première limite d'une gestion manuelle est le caractère chronophage des tâches administratives, comme la rédaction et l'envoi des convocations aux réunions, ou encore la gestion des contrats ou des conventions.

Un acte nécessaire, mais à faible valeur ajoutée, qui vous empêche de consacrer du temps à des projets jugés plus stratégiques pour l'entreprise.

 

2. GESTION PLUS SERRÉE DES GRIEFS

Le bon fonctionnement de l'organisation repose sur l'application de la convention collective par l'ensemble des parties prenantes. 

Avec une solution pour digitaliser et automatiser partiellement le processus de gestion des griefs, aussi bien individuels que collectifs, vous vous assurez que les suivis sont faits selon les dispositions de la convention collective. L'objectif est d'augmenter la conformité du traitement tout en réduisant le temps nécessaire pour effectuer les tâches en lien avec les griefs.

Ultimement, les parties prenantes de l'organisation disposent d'une solution qui augmente la sérénité, même dans des cas de conflit. Quand toutes les données sont centralisées dans un système et qu'elles peuvent être partagées de façon transparente, la communication s'en trouve facilitée.

 

3. PARTAGE PLUS SIMPLE D'INFORMATIONS DE QUALITÉ

Vous pourrez aussi générer des rapports comportant des données mises à jour automatiquement et ce, en totale autonomie.

En mettant à disposition des documents conformes avec des processus clairs et définis sur une plateforme dédiée, la qualité de l'information partagée n'en sera que meilleure.

 

4. CRÉATION D'UNE INTELLIGENCE D'AFFAIRES RELATIVE AUX RELATIONS DE TRAVAIL

Impossible de recouper les informations qui sont stockées sur des supports différents (dossiers papier, fichiers Excel, documents Word,...) et d'en extraire de la valeur. Pourtant l'histoire de toute organisation est une source inestimable d'informations pour améliorer la qualité des décisions et du dialogue d'entreprise. 

À l'inverse, plus vous centralisez les données dans un système d'information structuré, plus ces données vont pouvoir être exploitées au bénéfice de l'organisation, de ses employés et de toutes les parties prenantes. 

Si les individus vont et viennent dans toute organisation, les données et informations quant à elles doivent être accessibles et exploitables en tout temps pour permettre de prendre des décisions basées sur des données objectives.

 

À RETENIR

La digitalisation s'impose de plus en plus aux entreprises pour s'adapter au changement, surtout en matière de travail à distance. La vie de l'entreprise et le bon déroulé des relations doivent être maintenus, quelles que soient les contraintes présentes dans l'environnement de travail. 

Digitaliser vos relations de travail peut permettre d'automatiser certaines tâches chronophages, comme la gestion des demandes des salariés, la gestion de vos conventions, ou encore la gestion et le suivi des activités du service. 

Une solution centralisée vous permettra de mieux communiquer et plus rapidement avec les différentes parties prenantes de l'organisation. Vous faciliterez ainsi la collaboration entre les différents acteurs des processus et faciliterait le travail à distance.

Catégories RH digital, Relations de travail

André Kassis
André Kassis
Directeur de comptes nationaux

Commentaires